La petite histoire du SMS, retour sur 25 ans de textos

La petite histoire du SMS, retour sur 25 ans de textos

Le « SMS », Short Message Service, l’ami des timides, des pressés et des fans d’émoticônes et d’abréviations, est devenu l’un des moyens préférés de communication.
Chaque jour, c’est plus de 20 milliards de SMS qui sont envoyés dans le monde… Qui l’aurait cru, il y a 25 ans !

1992 : Le tout premier SMS de l’histoire

C’est le 3 décembre 1992 que fut envoyé le tout premier SMS de l’histoire.

Son contenu était simple, le message tenait en deux mots : « Merry Christmas ! » (Joyeux Noël en anglais)

L’auteur, l’ingénieur britannique Neil Papworth, alors âgé de 22 ans, souhaitait un joyeux Noël à Richard Jarvis, l’un des dirigeants de l’opérateur Vodafone, et à ses collègues qui dégustaient leur repas de fin d’année.

Il fut envoyé depuis un ordinateur connecté au réseau mobile, puisqu’il n’y avait pas encore de clavier sur les téléphones portables de l’époque, vers l’Orbitel 901 du dirigeant, un ancêtre de nos téléphones portables qui pesait tout de même un peu plus de 2 kilos.

Si Vodafone est à l’origine de l’invention du SMS, celui-ci n’était, en revanche, pas destiné au grand public. Au départ, il devait simplement être à usage interne par exemple pour permettre aux dirigeants de communiquer avec leur secrétaire.

1994 : Le premier téléphone portable à clavier

En 1994, soit deux plus tard, le fabricant NOKIA lance le tout premier téléphone portable avec clavier permettant d’écrire un SMS : le NOKIA 2010.

Pourtant, le SMS reste confiné à ce cercle limité d’utilisateurs, les opérateurs tardant à offrir ce service à leurs clients. La raison est qu’ils n’y voient pas d’intérêt commercial et ne croient pas à cette idée, pensant que les utilisateurs préféraient parler directement à leurs interlocuteurs plutôt que perdre du temps à écrire. Car pour s’écrire il existait déjà les beepers, comme le Tatoo ou le Tam-Tam, permettant de recevoir par ondes radio des chiffres, des messages vocaux ou bien des textes de 80 caractères maximum.

1997 : Les premières offres commerciales

C’est en 1997, que les premières offres commerciales de SMS ont finalement été lancées, notamment en France par Orange et Bouygues Telecom. Lorsque tous les opérateurs proposèrent ce service et qu’il devint possible d’écrire à un correspondant quel que soit son opérateur, le SMS fut enfin adopté réellement.

Au départ le SMS était facturé à l’unité. Un SMS coûtait alors 1 franc, soit entre 15 et 20 centimes d’euros, et ne dépassait pas 160 caractères. Les messages devaient donc être concis, et aller à l’essentiel. Cela donna naissance à l’écriture abrégée, les abréviations « mdr » (mort de rire) ou « lol » (Laughing out Loud, rire aux éclats en anglais), ou encore aux émoticônes composés de symboles de ponctuation :-). Un tout nouveau langage !

Mais le coût des SMS restait tout de même plus intéressant que le prix d’un appel téléphonique, et ce fut un succès. Si bien que dans les années 2000, les soirs de Nouvel An, plusieurs centaines de millions de SMS de bonne année furent envoyés, entraînant la saturation des réseaux mobiles.

Par la suite, des forfaits aux SMS illimités apparurent, particulièrement avantagés par la démocratisation d’Internet.

Peu à peu, les entreprises prirent conscience du fort potentiel de ce média au coût réduit et décidèrent de l’exploiter à des fins publicitaires. L’envoi groupé de SMS prit alors son envol.

1998 : Naissance du « texto »

En 1998, SFR créa et déposa la marque « Texto, dites-le en toutes lettres, dites-le texto » pour désigner les SMS. Le 23 janvier 2001 le terme « Texto » est déposé comme marque par SFR.

2002 : Naissance du MMS

En 2002 naissent les MMS, de l’anglais Multimedia Messaging Service (Service de messagerie multimédia), qui étendent les capacités des SMS en permettant l’émission et la réception, sur mobile, de message multimédias, à savoir les photos, vidéos ou encore les enregistrements audio.

2008 : Le fixe entre dans la danse

En juin 2008, apparaît la possibilité d’envoyer des SMS depuis un mobile vers un téléphone fixe. Si le téléphone fixe n’est pas compatible avec l’affichage numérique, pas d’inquiétude, le SMS peut alors être écouté sous forme vocal.

C’est également en 2008 qu’apparaît le service de signalement des SMS indésirables mis en place par le gouvernement.

2009 : La fin du monopole de SFR sur le « Texto »

En 2009, SFR perdit le monopole du « Texto ». En effet, face à la généralisation de son usage par la population, la Cour d’Appel de Paris jugea que l’appellation n’était pas associée uniquement à l’opérateur et que celui-ci ne pouvait plus utiliser ce terme pour lui seul. Le terme « Texto » perdit donc sa protection.

En un peu plus de 25 ans, le SMS a su s’imposer et se positionne aujourd’hui comme un outil central de la relation que les entreprises entretiennent avec leurs clients.

Outil de communication percutant, les  SMS sont consultés plusieurs fois par jour, les études font état d’un taux de lecture allant jusqu’à 98 % et ce, en moyenne, dans les trois minutes après réception. Sa brièveté permet aux destinataires une lecture aisée et une meilleure mémorisation, tandis que sa simplicité de déploiement offre aux entreprises un moyen de communiquer et d’agir rapidement auprès de ses clients.

Véritable outil business, le texto possède un vaste champ d’action : publicité, promotion, notification d’évènement, de rendez-vous ou encore de livraison… Le SMS promotionnel et informationnel est rentré dans les mœurs et est même perçu comme utile par un grand nombre de français. Sa flexibilité et sa rapidité le rendent donc particulièrement efficace pour l’acquisition de nouveaux clients et pour fidéliser ceux déjà existants. C’est pourquoi, après un peu plus d’un quart de siècle, de plus en plus d’entreprises l’utilisent pour communiquer avec leurs collaborateurs, leurs clients, ou encore leurs prestataires et fournisseurs, et ce, dans tous les secteurs.

Depuis ce premier SMS, et avec le boom d’Internet, le SMS a pris son envol mais de nombreuses autres applications de messagerie sont aussi nées, s’invitant peu à peu dans nos portables, Messenger, WhatsApp… D’ailleurs, notre téléphone nous sert de moins en moins pour téléphoner, et de plus en plus pour nous informer et échanger par écrit.

Intéressé ?
Prenez contact

Des conseillers Internet sont à votre disposition pour qualifier vos besoins en communication digitale et vous proposer la solution qui y répond.

Service et appel gratuits

Vos coordonnées

OuiNon

La Banque Populaire régionale du ressort de votre code postal déclaré et REGICOM WEBFORMANCE (14, rue Rhin et Danube - 69009 Lyon), pour la marque Direct et Proche, recueillent des données à caractère personnel vous concernant et mettent en œuvre des mesures techniques et organisationnelles appropriées pour s’assurer que les traitements de données à caractère personnel sont effectués conformément à la législation applicable. En soumettant ce formulaire, vous consentez à ce que les informations saisies soient exploitées dans le cadre de votre demande et de la relation commerciale qui peut en découler. Certaines de ces données sont indiquées comme étant obligatoires. A défaut votre demande ne pourrait pas être traitée ou son traitement s’en trouverait retardé. Ces données sont signalées par un *.

Vous bénéficiez d’un droit d’accès, de limitation du traitement, de portabilité, de rectification ou d’effacement des données vous concernant. Pour en savoir plus sur la collecte de vos données sur ce site, ou pour connaître et exercer vos droits, notamment de retrait de votre consentement à l'utilisation des données collectées par ce formulaire, veuillez consulter les mentions légales et la Politique de Confidentialité.